Le recyclage des panneaux photovoltaïque, filière d’avenir

Des dizaines de milliers de panneaux solaires arriveront en fin de vie après 2030.
En effet le début de la filière photovoltaique en France date de 2006, et 80 000 nouveaux panneaux ont été installés l’an dernier sur le territoire. Avec une durée de vie estimée de 25 à 30 ans, la question de leur recyclage deviendra une nécessité à la fin de la prochaine décennie.

Une obligation légale en France

Depuis août 2014 en France, gérer la fin de vie des panneaux photovoltaïques est désormais une obligation légale, du fait de l’application de la directive européenne sur les déchets. Plutôt que de partir à la casse, les panneaux doivent être repris gratuitement par les fabricants. Ce sont eux, avec les importateurs et les revendeurs, qui financent la collecte et le traitement des déchets, via la mise en place sur chaque panneau vendu d’une éco-participation. L’Etat à ainsi agrée PV Cycle, un éco-organisme européen à but non lucratif, ayant crée un système de collecte et de traitement des panneaux solaires.

Différents éléments à recycler

Les panneaux solaires photovoltaïques contiennent des cellules de silicium, principal composant sable des plages. Ces cellules, installées sur le toit d’une maison ou au sol, produisent du courant électrique lorsqu’elles se retrouvent face au soleil.
Un panneau solaire est composé à 75% de verre, matière recyclable à l’infini, comme l’aluminium, qui habille le cadre.
A l’intérieur du panneau, un film plastique peut être transformé en granules, refondu ou brûlé pour générer de l’électricité. Enfin le silicium et les autres conducteurs électriques comme l’argent ou le cuivre sont séparés mécaniquement et chimiquement, puis fondus et réutilisés.
L’objectif du recyclage et l’essentiel sera de pouvoir créer de nouveaux panneaux à partir des usagés, ou simplement de réparer ceux ayant des défauts: c’est l’économie circulaire.
Chaque année, la France produit 27200 GWh d’énergie solaire grâce aux panneaux photovoltaïques. Le prix des panneaux solaires a chuté de 80% depuis 2010.

 

PV CYCLE, éco-organisme européen pour le traitement et la collecte des panneaux photovoltaïques

Comment fonctionne PV Cycle?
PV Cycle a été crée par les acteurs de la filière photovoltaique, sur le principe de la responsabilité élargie du producteur: ce sont ceux qui mettent sur le marché des équipements qui en sont responsables de manière collective. La gouvernance est donc assurée notamment par les fabricants, les installateurs, EDF Energies renouvelables et le Syndicat des énergies renouvelables.

Comment s’organise le recyclage pour les particuliers?
Les particuliers peuvent déposer gratuitement jusqu’à 40 panneaux photovoltaïques dans l’un des 200 points d’apport volontaire en métropole et en Outre-mer. Au-delà de 40 panneaux, les détenteurs peuvent nous demander de venir les collecter sur site. Les points d’apport sont principalement des distributeurs ou de rares déchetteries. Après la collecte, les panneaux sont emmenés en unité de traitement, notamment dans l’usine de Rousset, pour être recyclés. »

Qu’en est-il du recyclage des métaux rares et précieux , dont l’extraction est parfois dangereuse pour l’environnement.
Il n’y a pas de terres rares dans les panneaux photovoltaïques, c’est un mythe urbain! En revanche,
pour les métaux précieux comme l’argent, la stratégie de recyclage étant à forte valeur ajoutée, l’intérêt premier pour PV Cycle est de les récupérer car c’est une part importante dans l’équilibre économique. Au total PV Cycle valorise 94,7% des panneaux récupérés,
contre 65% pour un machine à laver, sans pour autant que les Français ne s’intéressent à la dimension « écolo » de leur machine. Donc il n’y a aucune contradiction environnementale à ce niveau »